L’aventure

Carnet de route

Nos dernières photos

A la conquête du Machu Picchu

DSC_0440.JPGOn ne pouvait pas faire tout ce chemin jusqu’au Pérou sans mettre les pieds au Machu Picchu. On a tous en tête cette photo de cité Inca construite sur flanc de montagne avec en fond un paysage montagneux. L’endroit semble tout de suite inaccessible, trop escarpé, magique aussi. De Cuzco, le nombril du monde pour la civilisation Inca, nous rejoignons en train la ville la plus proche de la cité Inca, Agua Calientes. Inévitable, cette ville devrait pourtant être évitée. Évidemment pas bien authentique, c’est le genre de ville construite pour accueillir le tourisme de masse avec son lot de restaurants et d’hôtels de piètre qualité. Nous y préparons notre journée du lendemain au Machu Picchu.

Une journée au Machu Picchu

Lever difficile à 3h30 du matin, l’objectif est de figurer parmi les premiers arrivants sur le site. L’administration accorde un tampon à un nombre limité de visiteurs pour donner l’accès à l’ascension du Wayna Picchu, la montagne dominant la cité Inca. Et les premiers arrivés sont bien sûr les premiers servis ! Equipés de nos lampes torches frontales, nous rejoignons d’abord à grand pas un pont qui n’ouvre qu’à 5h. Il mène au sentier qui nous conduit à 400m d’altitude de plus à l’entrée de la cité. Sitôt la barrière ouverte, c’est une course folle qui démarre, dans la nuit noire, à travers les escaliers Inca de la montagne. Ça grimpe fort, certains courent, d’autres s’arrêtent essoufflés au bout de quelques marches… l’objectif est atteint, nous aurons notre tampon!

C’est avec émerveillement que nous découvrons toute l’étendue de la cité, et toute la beauté de son cadre naturel. L’endroit nous paraît presque désert. Le temps ne nous permettra pas d’observer le lever du soleil sur les ruines, mais qu’importe nous sommes déjà sous le charme.DSC_0174.JPG Nous flânons au milieu de la cité, étonnés du degré de conservation et surpris aussi par la qualité de l’architecture. Les constructions sont élaborées à partir de blocs de pierre taillés et assemblés sans mortier d’une manière tellement ajustée que rien ne peut s’y glisser. Leur forme trapézoïdale aussi surprend, c’était une technique très avancée pour absorber les secousses sismiques ! Et puis on est interpellé par leur système de terrassement employé pour l’agriculture, qui plonge dans le vide de manière spectaculaire. Au cœur des ruines, on y surprend des lamas égarés, on s’y perd parfois. On ne se lasse pas de prendre des photos, en profitant à chaque fois d’une lumière différente.

Pour éviter le flot de touristes déversés par les cars en milieu de journée, nous faisons l’ascension du Wayna Picchu, le pic montagneux qui figure sur toutes les photos du site Inca. C’est une montée raide, au dessus du vide, à laquelle nous nous attaquons mais le jeu en vaut la chandelle : nous avons une vue aérienne sur toute l’étendue des ruines !

L’album complet est ici.

Related Posts with Thumbnails

5 commentaires à A la conquête du Machu Picchu

  • Bonjour Claire et bonjour à ton ami,

    Quelle belle aventure vous vivez! Je suis admirative et trés contente pour vous. J’ai rencontré tes parents au marché de Varces et ils m’ont donné tes coordonnées. J’ai regardé avec intérêt votre carnet de route, vos albums photos………………..ll n’ya qu’un mot c’est merveilleux.
    J’ai appris que vous rentriez la semaine prochaine.Alors profitez encore de ces derniers moments extraordinaires.
    Au plaisir de vous voir et bonne fin de voyage les amoureux

  • Hello les amis,

    plus que quelques jours avant votre retour. Nous sommes deja retournés à la vie bruxelloise. Atterrissage un peu rude même si on est très heureux de revoir tous ses proches.
    Devinez la meilleure? 10 mois sans rien de cassé et maintenant Laureline se retrouve avec une fracture à la cheville et le plâtre jusqu’au genou: retour en force!
    On espère vous revoir très vite, profitez bien de ces derniers jours de voyage et ensuite des retrouvailles avec vos amis et famille.

    Loli et Max

    ps: nous on repartirait bien demain

  • Message préliminaire aux lecteurs du blog : ne prenez pas trop au sérieux ce commentaire, il est écrit après une nuit blanche, un repas magnifique dans un boui boui péruvien et juste avant d’aller voir des pauvres lignes (Nazca) faites à la tondeuse pour attirer des touristes.

    Hola los amigos,

    Comment se passe le voyage ? Bien j’espère. Ici tout va bien, je suis dans la chambre avec vous et on a du mal à réfléchir après cette nuit blanche, Claire essaie tant bien que mal d’écrire un article sur la ville où elle a passé 2 semaines. 2 semaines et pas foutue d’écrire le moindre truc cohérent !! (allez je t’aide : Ô Cuzco, tes places, tes escaliers, ton marché succulent aux repas équilibrés, tes pancakes …) et Seb est en train de faire semblant de faire l’intellectuel en lisant un livre de Murakami, alors qu’il le tient à l’envers.

    Vos photos me font rêver. Je suis vraiment heureux de pouvoir vous les voler pour les mettre aussi sur mon blog. D’ailleurs un peu de pub : nicointhepampa.unblog.fr

    Vous avez trop de chance de faire ce voyage. J’aimerais tellement être à votre place, mais …, je rêve, je suis à votre place, ah ah ah. Et encore pour 2 mois. Je pensais qu’en vous quittant, mon voyage se terminerait aussi, mais il n’en est rien. A moi l’Equateur, à moi la Colombie, Pablo Escobar, la coke et la déchéance.

    Au fait pour les lecteurs qui lisent les commentaires et qui s’interrogent sur la santé mentale de Moi, sachez juste que tout ce superbe commentaire est pour fêter les 100 commentaires du blog. Il fallait bien quelque chose d’un peu naze pour leur pourrir leur blog à ces deux geeks. Ah si vous les voyez, l’une parle en C++ et l’autre communique avec moi en faisant des ouvertures d’échecs (E2 E4) à la façon R2D2. Je me sens très seul par moment. Vous les verriez se disputer sur les photos à mettre sur le blog. Claire : “celle là aucun intérêt”, Seb : “toi il y a que les photos de rue qui te plaisent”, Claire : “c’est pas vrai”, Seb : “si c’est vrai”, Claire : “le lama on s’en fout”, Claire : “tu tiens compte de mon avis ?”, Claire ” c’est la meilleure photo de ruelle qu’on ait”, Seb : “qui c’est qui les prends les photos ?? Hein ?” “Claire” : toutes tes photos de Pisac sont pourries” … Bon j’arrête parce que il faut que je les sépare, ils vont commencer à se battre. Eh oui après 10 mois de voyage ensemble, ça crie, ça hurle, ça se bat, vous allez les voir au retour avec des yeux noirs, des marques de coups …

    Ah le bonheur de voyager à deux.

    Au fait comment définir nos deux amis en voyage :
    Claire : légèrement (un euphémisme) parano sur la bouffe, en se demandant sans cesse si elle va pas tomber malade en mangeant une frite, et en même temps elle a tout le temps faim ! Je l’ai surnommé Fiona (mais en version Shrek pas en version princesse) et aussi complètement asociale quand elle a un bouquin dans la main.
    Seb : collé à l’ordi en train train d’essayer de déconnecter les autres clients des hôtels pour pouvoir télécharger dans son coin tous ses films d’action (ah vous ne le saviez pas ?, il est fan de Jean Claude Van Damme, sa passion s’est révélée en voyage- ndlr : c’est pas vrai). Son surnom de voyage : Geeko

    Bon sur ces bonnes paroles, profitez bien des derniers jours en ma compagnie, (saviez vous qu’ils ont failli partir de Cuzco, et que devant le fait de me quitter, ils ont fait marche arrière, pour Moi !), dans pas longtemps, c’est saucisson, fromages, pinard, vous penserez à moi avec les pauvres milanesa de pollo et autres spécialités culinaires d’Amérique Latine.

    Un abrazo Seb, un beso a Clarita y hasta luego à Guéret !

    Nico après une nuit blanche.

  • et ils continuent de s’engueuler pour savoir si ils doivent corriger les fautes d’orthographe de ce post. Effectivement il y a des fautes, mais il est tard, je suis fatigué et voilà. Bam le 101è commentaire est magnifique

  • Papa

    Vous pouvez nous ramener la même herbe que votre copain Nicolas, elle a l’air efficace
    Merci
    On troquera contre le pinard et le saucisson
    Bisous à tous (même à Nicolas qui a bien démasqué claire)

Commentaires