L’aventure

Carnet de route

Nos dernières photos

This is the End

DSC_0661.jpgNotre voyage sensationnel autour du monde s’achève à Lima, 323 jours après. Voici une semaine que nous sommes rentrés et que nous essayons, avec plus ou moins de peine, de reprendre pied dans le monde moderne. Plus de sacs à dos, de vêtements techniques séchage rapide ou d’équipement de camping, c’est l’heure du téléphone portable dernière génération, de la douche bien chaude et du T-shirt en coton vraiment plus agréable à porter. Retour aussi à la société de consommation, à la société ultra-organisée, et aux débats politiques stériles de notre vieux continent ! Le choc du retour, on l’attendait, mais n’était-ce pas Stendhal qui aimait dans le voyage la surprise du retour ?

L’heure n’est peut-être pas au bilan, trop tôt, trop de souvenirs et d’expériences. Ce que l’on sait, c’est que rien n’y fait, nous sommes éperdument tombés amoureux du voyage. Le voyage où on se laisse porter par nos sens, notre curiosité, notre enthousiasme. On aime se faire bercer par le rythme de la vie locale, s’étonner de toute la richesse des cultures, les comprendre, et se détacher de nos propres appartenances culturelles et sociales. Au fil de cette année de voyage, on ne reste pas Kazuo le financier ou Claire la ONG fundraiser diplômés d’école de commerce. On devient des voyageurs avec un passeport français, rien de plus. On finit par s’oublier et moins voir avec nos yeux d’occidentaux, on apprend l’humilité, on apprend à aimer les gens et à accepter les différences. Et puis, un voyage comme celui-là vous fait découvrir toute la beauté de notre planète. Elle est incroyablement belle, diverse et surprenante… mais tellement fragile. On s’est extasié devant des paysages extraordinaires avec un regard d’enfant, et on s’est révolté, impuissants, devant leur destruction. Après avoir traversés tous ces pays, on se dit bien  que la conscience écolo n’est qu’un problème de pays riches !

Ce n’est que partie remise, mais le voyage va nous manquer : Sentir l’odeur du beurre de yack dans les monastères au Tibet, trouver qu’un trajet de bus inférieur à 12 heures est normal, photographier les enfants en Inde, n’avoir aucune idée du lieu ni du temps dans le transsibérien, faire des belles rencontres, perdre tout son dîner le premier jour de trek en Patagonie, débusquer les animaux en Australie, ne pas se laver pendant 1 semaine en Mongolie, recevoir des sourires et des gentillesses partout dans la rue, se lever le matin dans une nouvelle ville et la découvrir, décrypter les indications en cyrillique en Russie, négocier les courses en rickshaw en Inde pour ne pas se faire avoir en gardant son sens de l’humour, se faire offrir une bouteille de champagne par un inconnu pour son anniversaire, déguster les mets de rue, partager les souvenirs de voyage avec d’autres voyageurs autour d’un verre, regarder les singes jouer en Amazonie, voir la poussière s’engouffrer par les fenêtres cassées dans les bus en Inde, se faire prendre pour un local, faire la tournée des hôtels le soir pour trouver une chambre correcte et pas chère après une journée de trajet, trouver un distributeur qui accepte les Visa, mettre dans une même phrase 3 langues différentes, se motiver mutuellement en trek, plier les sièges arrières de la voiture pour dormir en Nouvelle-Zélande, nager avec des tortues de mer en Australie, goûter le vin local, se poser tous les deux le soir exténués et se regarder un bon film, avoir comme meilleurs amis dans son sac le PQ, l’eau et sa lampe frontale, battre le record du nombre de passagers dans et sur le bus, manger avec ses mains un délicieux thali en Inde, pester contre les sardines de la tente qui se plient les unes après les autres, utiliser le langage des signes auprès des nomades mongoles pour se faire comprendre, devoir laisser des restes dans son assiette en Chine pour signifier que l’on a bien mangé, admirer un troupeau d’éléphants dans la jungle, se couvrir de poussière en scooter sur les pistes au Vietnam, se coucher avec le soleil quand on dort sous la tente, frôler les précipices en vieux tacot, remplir le seau d’eau en Inde pour se laver,  demander son chemin 3 fois à 3 personnes différentes en Bolivie pour être sûr de la direction, s’extasier quand on a de l’eau chaude, faire son sac le matin machinalement, faire le tri des centaines de photos prises dans la journée, traverser les rues d’Hanoi et de Saigon sans se faire renverser…

Un grand merci à tous de nous avoir suivi pendant 1 an, et on vous le promet : on remet ça !

Related Posts with Thumbnails

1 commentaire à This is the End

Commentaires